1.

Qu’est-ce qu’un trouble de stress post traumatique ?

Anciennement Syndrome de stress post traumatique ou État de stress post traumatique, le DSM-5 caractérise aujourd’hui les symptômes et troubles pouvant survenir et persister à la suite d’un traumatisme de Trouble de Stress Post Traumatique. Voici quelques éléments de définition :

 

« La spécificité essentielle du TSPT est le développement de symptômes caractéristiques après l’exposition à un ou des événements traumatiques (…). Ces symptômes sont essentiellement de quatre types :

  • La reviviscence : souvenirs (flashbacks) ou cauchemars envahissants de l’événement traumatique ;

  • L’évitement : efforts incessants pour éviter les souvenirs ou les rappels externes qui réveillent les souvenirs ;

  • Les altérations négatives persistantes dans les cognitions et l’humeur : négativité, irritabilité, etc ;

  • Activation neurovégétative (difficulté d’endormissement irritabilité, hyper vigilance, réaction de sursauts, etc)

 

Avant de continuer, il me semble pertinent de définir un « traumatisme ». Le mot « traumatisme » vient du grec « trauma » qui veut dire blessure.

 

On considère qu’un événement est traumatique lorsqu’il implique une menace de mort ou une menace grave à son intégrité physique et qu’il a entrainé une peur intense, de l’impuissance ou de l’horreur chez la victime (DSM-IV ; American Psychiatric Association, 1994).

 

Crocq et al. définissent le traumatisme comme un « choc psychologique important, généralement lié à une situation où une personne a été confrontée à la mort ou à la menace de mort, à des blessures graves ou au péril de tels dommages, à des violences sexuelles ou au risque de telles agressions ».

 

Cette définition me semble pertinente car elle insiste sur le fait que l’exposition au risque de subir de violences ou des blessures est tout aussi traumatisante.

 

On a tendance à penser, dans l’imaginaire collectif, qu’un traumatisme est quelque chose de ponctuel qui s’est produit (ex : accident de la route, une catastrophe naturelle…). Alors que la notion de traumatisme est non seulement beaucoup plus large mais aussi subjective. 

 

Un traumatisme est surtout un vécu subjectif d’une expérience donnée, c’est la violence ressentie. Il survient lorsque les capacités d’adaptation de l’organisme sont dépassées par la violence ressentie d’un ou de plusieurs événements. 

 

Quand un être humain est menacé dans son intégrité physique ou psychique, il peut développer un TSPT.

 

Pour autant, cela ne veut pas dire que toute personne vivant un événement négatif développera un TSPT. Dans la majorité des cas d’ailleurs, on s’en remet spontanément. Nous avons en effet une capacité naturelle à nous adapter aux difficultés de la vie. 

Le Trouble de Stress Post Traumatique Complexe

 

Le TSPT est dit complexe quand il y a, en plus, de manière stable, une dysrégulation émotionnelle, une conception de soi négative, des perturbations relationnelles et de la dissociation.

 

La « stabilité » des symptômes permet de différencier le TSPTC du trouble de la personnalité borderline, trouble où on retrouve un tableau clinique très similaire, mais où, à la différence du TSPTC, le tout est très instable (relations instables, conception négative de soi, dysrégulation émotionnelle … mais pas tout le temps). 

2.

Anxiété

3.

Dépression

4.

Estime de soi

5.

Troubles alimentaires

6

Difficultés
relationnelles

doctolib.jpg